Epi

Cet article est également disponible en : Anglais Bislama

Epi_4

L’île d’Epi, située à l'Ouest de l'arc volcanique principal des Nouvelles-Hébrides, se compose principalement de deux volcans quaternaires, le mont Allombei à l'Ouest et le mont Pomare (Tavani Kutali) à l'Est.

Le Tavani Ruru, qui forme une extension allongée à l'Est de l'île d’Epi à travers un isthme étroit, est liée à la caldeira du volcan Kuwae à l'Est.

Le volcan Pomare est le point le plus élevé de l'île et dispose de trois cônes adjacents bien conservés à l'Est avec des cratères de sommets jeunes.

Le volcan Pomare est tronqué sur son côté Est par la caldera d’Epi Est, largement sous-marine, qui a été la source de toutes les éruptions historiques.

 

Au large de la côte orientale de l'île Epi, on trouve une grande caldeira, avec des cônes post-caldeira sous-marins actifs dans les temps historiques.

 

Trois petits cônes basaltiques et dacitiques sous-marins, connus sous le nom d'Epi A, Epi B et Epi C, sont situés le long de la bordure nord de la caldeira ouverte.

 

Des îles éphémères ont été formées pendant les éruptions en 1920 et 1953, et le sommet du cône le moins profond, Epi B, était à 34 m sous le niveau de la mer au moment de l'étude de 2001.

(Smithsonian Institution - John Seach)

epi_3

Bathymétrie de la zone est d'Epi. Monts sous-marin Epi A, B, C. Carte réalisée au cours de la campagne à la mer VATATERM à l'aide du sondeur Simrad EM1002 du N.O. Alis de l'IRD (14 mars 2004) (Ballu, Calmant et al, 2004). Isobathes : 20 m 

epi_1

Explosion du volcan sous-marin EPI B le 19 février 2004 © Azur  

epi_2

Décoloration de la zone d'EPI B, 1958. © Roland Priam

Volcan Epi B :

Ce volcan sous-marin situé à l’Est de l’île d’Epi, est animé d’une activité périodique se traduisant par la coloration des eaux de mer de surfaces en jaunes et par des explosions.

Une violente activité est reportée entre les îles Lopévi et Epi en 1920 (William et Warden, 1964). En février 1953 une éruption majeure accompagnée de projection de produits volcaniques (d'une centaine de mètres de hauteur) est signalée ; elle provoque des radeaux de ponces sur environ 1000 km² et l'émergence d'un cône qui est rapidement détruit (Warden, 1967).

Une coloration des eaux est notée en 1958. Une nouvelle éruption importante est signalée en juillet 1960.

Seules des colorations des eaux semblent avoir été observées en 1971, 1972, 1973, 1974, 1979, 1988, 1997 et 2001.

Des nappes de ponces sont observées en mars 2002 et en 2004, des explosions et des manifestations de surface.

 

Des campagnes maritimes d'hydrographie et de géologie-géophysique ont permis de confirmer pour le volcan Epi B, outre son activité, le maintien d'une zone sommitale située vers 34 mètres de profondeur.

Le volcan Epi B est un cône de 300 mètres de hauteur pour un diamètre à la base de 1800 m environ avec un sommet à 35-40 m de profondeur (- 34 m pour le bord le plus haut au nord-ouest de l'édifice) et un cratère d'environ 150 m de diamètre et situé à - 90m sous le niveau de la mer.

Ce cratère est ouvert au Nord le long d'une cassure de 60 m de large. Les observations du siècle passé et les manifestations récentes confirment l'activité permanente d'Epi B, ce qui constitue une menace pour les populations locales située à environ 5 km.

(Retour à la liste des volcans du Vanuatu)

Guy

Docteur en Pharmacie, Biologiste Médical libéral à Marseille, France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

e98cae26397085162df8ca8c8b23de718888888888888888
0 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
+1